Kris Indonésien

Estimation : 200/300 €

Prix de vente : 1 098 €

La lame, de type Luk (serpentine) à treize ondulations forgée en pamor, l'Ukiran (poignée), de type Donoriko en ivoire finement sculptée et ajourée de rinceaux végétaux et chevaux ailés, est reliée à la Ganja (garde) par un Mendak serti de pierres facettées. Sarong (fourreau) en bois exotique pourvu d'un Pendok (sur-fourreau) simple en metal.

Madura, Java Oriental, XIXème siècle.

Poids brut du poignard : 

Oxydations et légers éclats.

Spécimen en ivoire, antérieur au 3 mars 1947, soumis à déclaration préalable (article 2 bis § 1 de l'arrêté ministériel du 16 août 2016).

En cas d'exportation hors de l'Union Européenne, les formalités pour l’obtention du CITES sont à la charge de l'acheteur qui doit également se conformer à sa réglementation nationale en terme d'importation d'ivoire.

 

 

Le kris est un objet à la symbolique extrêmement poussée.

La lame symbolise le serpent Naga. Lorsqu'elle prend la forme Luk, c'est à dire ondulée, le serpent est en mouvement. Le nombre d'ondulations (toujours impair) renvoie à des notions comme l'estime, le pouvoir ou encore l'harmonie.

En complément, l'ukiran, la poignée sculptée, lorsqu'elle est ornée comme la nôtre de symboles aériens comme les Kuda panole, ces chevaux ailés issus des représentations traditionnelles de Madura, renvoie directement à la dualité terre/air (serpent/oiseau) des divinités.

Lorsqu'on observe le kris dans son fourreau, on s'aperçoit également que l'ukiran dépassant de la partie du fourreau appelées wrangka, symbolise un homme dressé dans une barque. Le pamor qui compose la lame fait l'objet de toutes les attentions. 

Alliage de type damas composé de fer, d'acier et de nickel si possible d'origine météorique, il confère à la lame toute sa puissance magique et tout son prestige. L'empu qui forge la lame n'est pas qu'un artisan de qualité. Il est aussi un sage, ayant des connaissances en sciences occultes, en histoire et en littérature, afin que par la combinaison de la forge du métal magique et de ses prières durant le travail, son pouvoir se transmette à l'objet.

Inscrit depuis 2008 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l'UNESCO, le kris, ou Kéris est caractéristique de la culture Indonésienne.

Bien plus qu'une arme, le Kriss est à la fois un talisman, un marqueur social, un héritage et un objet sacré. Il est aussi bien porté par les hommes que par les femmes.

Ce savoir-faire si précieux est aujourd'hui en net déclin, les empus ne trouvant plus de successeurs, c'est pourquoi cet art si particulier est aujourd'hui inscrit au patrimoine mondial.

Bibliographie sur le sujet :

- RASSERS W.H. Panji, The Cultural Hero : a Structural Study in Java, Royal Institute of Linguistics and Anthropology (Koninklijk Instituut voor Taal -, Land-en Volkenkunde), Leiden (The Netherlands), 1982. 

- HAMZURI Drs., Keris, Penerbit Djambatan, Jakarta, 1993.