Fonderie Jean-Jacques DUCEL ou Fonderies du Val d’Osne.

Estimation : 2 000/3 000 €

Prix de vente : 4920 €

Elément de fontaine en fonte de fer à décor d’enfant reposant sur une coquille portée par un dauphin. Modèle n° 6535 du catalogue de la maison Ducel, repris par le Val d’Osne, non signé.

(Manque la vasque, traces de corrosion naturelle sous la peinture) (H : 150 cm., L : 70 cm., P : 55 cm.) Maître de forge, Jean-Jacques Ducel achète en 1829 la fonderie de Pocé sur Cisse en Indre et Loire et y développe son activité. Outre des éléments de bâtiments, il produit également de nombreuses fontes d’art décoratif (bassins, statues, fontaines, art religieux). Présente à l’exposition Universelle de 1851, la maison Ducel se fait remarquer et poursuit son essor, devenant l’une des plus prestigieuses fonderies d’art françaises, participant dès lors à toutes les expositions universelles. A cette époque on contera jusqu’à 12 000 références proposées en catalogue. En 1853, l’empereur Napoléon III autorise par décret la construction d’un second haut fourneau. L’entreprise ne cessera de se développer jusqu’à la mort de Jean-Jacques Ducel en 1877. L’année suivante, les fonderies du Val d’Osne rachètent la maison Ducel et reprennent l’activité. Dans une démarche pragmatique, le Val d’Osne continue à produire sous son nom les meilleurs modèles de Ducel. Les anciens catalogues sont simplement surchargés d’un tampon rouge de la nouvelle fonderie (cf. fig.2). (Expertise : Cabinet Artémls)

Bien que cela n’altère en rien la qualité des productions, cette pratique tend à brouiller un peu l’attribution en paternité des oeuvres en l’absence d’information sur la date de leur commande.

Notre modèle de fontaine, répertorié (cat.J.J.Ducel PL 181 Nº 6535), puis encore produit par le Val d’Osne, a fait l’objet de commandes publiques.

Un exemplaire (fontaine de la Rosette) est visible à Fontenay sous-bois, un autre (Fuente de Santa Maria del Mar) à Valence en Espagne, fut installé en 1858, d’autres à Basville ou Luxeuil les Bains. La commande la plus exotique étant peut-être l’exemplaire installé à Petrópolis au Brésil.


Bibliographie et sources :

- Maison DUCEL J.J. puis Fonderie du Val d’Osne, Catalogue, pl. 181, n° 6535.

- BARBEZAT André, Hauts fourneaux et fonderies du Val d'Osne, Impr. De Wittersheim, Paris, 1864

-www.E-monumen.net, site du patrimoine monumental français dans l’espace public à travers le monde.